Menu

mardi 30 juin 2015

Mon avis sur l'antichambre des souvenirs

Auteur: Iman Eyitayo
Date de parution: 21 juin 2015
Editeur: Editions des plumes solidaires



Merci à Iman Eyitayo pour son service presse

Description

J’ai toujours pensé qu’en frôlant la mort, je verrais toute ma vie défiler devant moi. Je me suis trompée. En réalité, je me suis retrouvée dans une antichambre en compagnie d’un « guide » qui m’a annoncé que je devrais revivre cinq moments de ma vie avant que mon sort ne soit décidé.

J’ai peur : vais-je survivre ou vais-je sombrer ?
Et si mon avenir dépendait de mon passé, des souvenirs que je dois désormais revivre ? Et si au contraire, ma vie ne tenait qu’à un fil, celui du hasard ?

Je m’appelle Dana, j’ai 32 ans et je joue ma vie.

Interview de Jean Wysock


Merci à Jean Wysock d'avoir accepté de répondre à mes questions.

Jean Wysock est auteur de La barbarie occidentale et de Frérot dont vous pouvez lire ma chronique sur le blog.



Résumé de Frérot

Partagé entre son passé dans la jungle Khmère et son présent dans la banlieue parisienne, entre sa fille abandonnée par sa mère qu’il élève seul et son boulot de commandant de la police, Jean est poursuivi par un meurtrier qui connait mieux sa vie que lui-même et dépose des cadavres derrière lui en guise de cadeau, pour le venger d’outrages qu’il a oubliés. Lâché par sa hiérarchie, il ne conserve l’enquête que parce que le tueur l’exige et grâce à d’anciens amis aux bras longs.

Entre rêves et cauchemars il retrouve une femme qu’il aime et qui l’aime, un fils dont il ne connaissait pas l’existence, il revit la douleur, les tortures que son cerveau avait jusque-là censurées, les mouroirs d’Asie, la douceur de la femme et l’amour.

Jeu de mémoire, jeu d’amnésie, saut de l’enfance d’un frère sacrifié à d’une mère broyée par la justice, équilibre fragile entre raison, folie et oubli, Jean Letel, fonctionnaire peu conventionnel, revendique son humanité, poursuit sa quête de vérité, sa chasse du mal sous toutes ses formes.

De chapitre en chapitre, il traque les ombres qui le hantent, découvre les mises en scène de plus en plus violentes que lui offre l’assassin dans les rues de son village d’enfance, de son Paris adulé, dans sa Bourgogne d’adoption, dans le sud de la France où son « Frérot » a rejoint les anges pour finalement reconstituer le puzzle d’une partie de sa vie, arrêter le coupable avec l’aide de son second Vincent, sauver in extremis son nouvel enfant et son amour oublié.

Résumé de la barbarie occidentale

Dans un pays qui pourrait être le paradis, le Cambodge, plusieurs destins se croisent lors du coup d état de 1997. Les êtres se révèlent sous leur véritable jour au fur et à mesure des évènements... Les individus les plus présentables, les plus sociaux, ceux qui suivaient la morale du groupe, catapultés en ce lieu peuvent devenir de véritables monstres ; d autres, bien plus rares, ayant à c ur de défendre une éthique, la leur, parviennent à se hisser au statut de véritables héros. L image d Epinal qu on se fait du paradis craquelle puis explose pour découvrir la véritable image de l enfer sur terre ! La corruption, la prostitution, la haine et le racisme nourrissent cette société en pleine recherche d identité. Mais qui sont donc au juste les barbares ? Les Occidentaux ou les Cambodgiens ?

***

Interview par Boulimique des livres

Peux-tu te présenter en quelques mots?

Jean
Pas très facile de se présenter tant on n’existe que dans le regard de l’autre. J’ai 53 ans et j’élève seul ma fille depuis 11 ans. Une fois j’ai compté, si je n’en oublie pas, j’ai eu plus de quarante métiers. J’adore changer, apprendre, connaitre d’autres horizons. Si je devais citer les plus marquants : instituteur, professeur, ouvrier à la chaine, pianiste de bar, directeur de société, journaliste de terrain… J’écris depuis toujours, j’ai présenté mon premier « roman » à ma famille à 13 ans. J’étais très fier, imaginez ! Comment t’es venue l’idée d’écrire Frérot ? Elle a jailli comme une évidence. Mon premier roman La barbarie occidentale déclinait les différentes facettes d’une Asie que j’adore, le second dans un autre registre, son antithèse, l’occident, la France. J’ai désiré, suivant en cela les conseils de mes lecteurs, me lancer dans le polar. Il semble que je sois fait pour ça. A voir, c’est à vous de me le dire. Peux-tu présenter l’univers de ce roman ? Le héros est un policier qui a longtemps vécu en Asie et qui s’occupe seul de sa fille. Clin d’œil à la question suivante n’est-ce pas ?

Peux tu présenter l'univers de tes romans?

Jean
L’univers, car il s’agit bien de cela, tant on passe de mondes en mondes, de cultures en cultures, d’esprit sain à ceux du meurtrier, c’est d’abord celui du héros rattrapé par son passé, des souvenirs qu’il a occultés, d’un frère assassiné. Une intrigue qui se balade dans toute la France et en Asie, poursuit Jean, policier sans peur que son agoraphobie héritée des morceaux de sa vie antérieure. Tes personnages sont-ils inspirés de ton entourage ? Définitivement oui. Frérot est en partie basé sur la vie de mon frère. Le héros c’est souvent moi. Qui ne rêverait pas d’être un héros ? Ceux qui me connaissent me voient sans cesse trimbaler des petits carnets qui détruisent les poches sur lesquels j’inscris des bribes de conversations, des descriptions, des idées. Il est bien plus aisé de construire à partir de l’existant. Pour les « méchants » j’invente. Ça fait très mal de se mettre dans la peau de malades, vous pouvez me croire. Et parfois, souvent même, je fais des clins d’œil à des amis qui se reconnaissent dans mes romans. Je leur dois bien ça, je ne suis que le réceptacle de leurs existences, de leurs bons mots, de leur amitié, de leur amour. Qui sait ? Peut-être êtes-vous l’un des personnages de mes romans ?

Pourquoi la jungle ?

Jean
Sur ce point je serai plutôt laconique, au risque de dévoiler l’histoire. Disons en tout cas que le trou noir dans la vie de Jean vient de là. Et j’adore la jungle. Pas vous ? Si vous ne connaissez pas, vous devriez essayer. Vous verriez, un singe c’est plutôt teigneux !

Quels sont tes prochains projets littéraires ?

Jean
Vous allez adorer. En primeur pour vous, d’ici quelques jours, un autre roman, une autre enquête de Jean Letel doit sortir. Un autre type de meurtrier, d’autres personnages, une autre affectation et cette fois la mère, sa mère comme image récurrente.

Pour le reste, deux autres romans en écriture, l’un en lien avec l’actualité, les extrémismes, l’autre, encore un voyage entre Asie et France, sur les hauts plateaux de l’Himalaya. Et puis un troisième, la relecture d’un roman d’amour écrit quand j’avais vingt ans. C’est bien loin, mais si présent.


Titre de ton roman préféré ?

Jean
Pas un mais plusieurs. Je pourrais en citer des dizaines mais je vais me limiter : Siddharta d’Herman Hesse, les misérables de Victor Hugo, Dune de Franz Herbert, le seigneur des anneaux de JRR Tolkien. Ils ont en commun une qualité d’écriture, d’imagination, de descriptions et surtout ils apportent une contribution positive à la communauté humaine. Pour moi, on doit sourire quand on finit un roman.

Que lisais-tu adolescent ?

Jean
Je lisais tout, tout ce qui me tombait sous la main. Je n’ai pas changé sur ce point. Mais longtemps j’ai navigué dans la littérature romantique, Flaubert, Stendhal, les grandes épopées comme guerre et paix de Tolstoï, puis j’ai littéralement dévoré la science-fiction Azimov, Herbert, Tolkien et enfin le policier, Leo Malet surtout.

Quelques mots pour tes lecteurs ?

Jean
Je vous le fait façon politicien ? Merci d’avoir voté pour moi. LOL. Non, vraiment merci à tous ceux qui me suivent et merci à ceux qui vont me rejoindre. J’aime plaire, donner du plaisir. Je crois que c’est la raison première de mon engagement en écriture. Vous ne pouvez pas savoir ce que l’on ressent quand on vient vers vous avec un grand sourire pour vous remercier d’avoir partagé. Merci aussi à tous ceux qui existent et qui nourrissent mes descriptions. En un mot : merci. J’espère ne jamais vous decevoir.

Mon avis sur un accord incongru de Lhattie Haniel

Titre: Un accord incongru
Auteur: Lhattie Haniel
Date de parution: 6 mars 2015
Genre: Romance historique
Editeur: auto édité



Description

Miss Dolly Green était anéantie par la demande du vieux duc. Ce marché, bien qu’incroyablement culotté, était peut-être le seul moyen pour elle de survivre. Elle venait de perdre son petit domaine et n’avait plus que sa beauté pour elle. Elle n’avait donc plus les moyens de rêver. Le bel Anton ne serait plus, à jamais, qu’un souvenir qu’elle pourrait chérir en secret…

Concours Boulimique des livres


2 marque-pages dédicacés par LS Ange à gagner. Fin du concours le 4 Juillet à 20h.


Réception Service presse du 30 juin 2015

Titre: L'Ahadorya
Auteur: Losan CHARO
Date de parution: 2 juin 2014
Editeur: VBF Editions



Description


Un frais matin d’été, Emma et Nathan, frère et sœur, découvrent le corps d’une belle inconnue gisant sur une plage. La fratrie se retrouve face à une femme muette, aux agissements étranges. Mystérieuse, cette dernière disparaît dans des circonstances inexpliquées...

Un jour, l’intrigante inconnue téléporte, contre leur volonté, Emma et Nathan dans un temple aux mille et une couleurs. Ils en reviennent bouleversés et n’ont plus qu’une idée en tête : revoir au plus vite cette femme prénommée Pfince.

Lorsque cette dernière revient les voir, c’est pour les emmener dans son monde caché où tout semble parfait : L’Ahadorya...

C’est alors qu’une mission s’impose à Emma et Nathan... Retrouver une relique magique avec l’aide d’un simple médaillon.

Mais, cette relique est aux mains d’une très ancienne confrérie... En frôlant la mort, la fratrie comprendra qu’une prophétie est écrite et qu’ils en sont les acteurs...

Un Frère, Une Sœur... Un Médaillon et une Relique... Une Prophétie qui dérange...

lundi 29 juin 2015

Interview de Lhattie Haniel


Cette fois-ci c'est Lhattie Haniel qui a gentimment répondu à mes questions. Merci à toi Lhattie!!!

Elle est l'auteur de plusieurs romans publiés dont les plus connus à ce jour sont:



Résumé de Lady Rose et Miss Darcy

L'univers étendu d'Orgueil & Préjugés, Inspiré de l'œuvre de Jane AUSTEN. 1817, Comté du Berkshire. À vingt-deux ans, Lady Rose, passionnée de promenades dans la nature et de littérature romantique, ne souhaite pas pour autant modifier sa vie pour convoler en justes noces. Désireuse de conserver sa liberté, elle repousse donc, sans exception, tous prétendants. Pourtant, lorsqu’elle rencontre inopinément Lord John Cecil Scott, alors qu’elle se retrouve suspendue sur la petite clôture d’un verger, l’arrogance et le manque de bienséance de ce séduisant voisin vont troubler profondément la jeune femme. Cette dernière s’épanchera sur cette rencontre, avec un manque certain de franchise, à son amie d’enfance, Miss Darcy. Cependant, cette proche parente des Darcy de Pemberley a, elle aussi, une chose qu’elle lui tait : son cœur bat en secret pour un jeune homme…

Résumé d'un accord incongru

Miss Dolly Green était anéantie par la demande du vieux duc. Ce marché, bien qu’incroyablement culotté, était peut-être le seul moyen pour elle de survivre. Elle venait de perdre son petit domaine et n’avait plus que sa beauté pour elle. Elle n’avait donc plus les moyens de rêver. Le bel Anton ne serait plus, à jamais, qu’un souvenir qu’elle pourrait chérir en secret…

Résumé de Violet Templeton, une Lady chapardeuse

Depuis sa plus tendre enfance, lady Violet a un petit défaut en plus de son caractère tempétueux : le chapardage ! En grandissant — bien que ne manquant de rien —, elle reste une véritable cleptomane qui ne peut s’empêcher de fouiner et de prendre tout objet qui lui tombe sous la main. Et ce qui est bien pis, c’est qu’elle s’en rend compte qu’une fois son forfait accompli ! Et voilà que par deux fois, en dix ans d’intervalle, elle se fait attraper par le même homme en train de chaparder un objet chez lui ! Après un corps à corps surprenant pour leurs âges, lord Edward lui susurre, d’une tonalité menaçante, ceci :
— Je vous laisse dix secondes, Milady, pour remettre en place ce que vous avez pris. Après ce temps, il sera trop tard pour vous…

Vous avez déjà pu lire mon avis sur Violet Templeton et je vais vous faire découvrir après cet interview mon avis sur Un accord incongru.


***

Interview par Boulimique des livres

Bonsoir Lhattie Haniel et merci d'accepter de répondre à mes quelques questions.

Lhattie
Bonsoir et merci à toi de cet intérêt. C’est avec grand plaisir que je vais répondre à tes questions.
Peux-tu te présenter pour les lecteurs/lectrices qui ne te connaissent pas ?

Lhattie
Je suis une auteure de romances et c’est le métier que j’exerce dans la vraie vie. À chaque histoire, je voyage avec mes personnages, j’apprends de nouvelles choses. Je m’enrichis l’esprit, ce qui me sert pour mes prochaines écritures. J’aime l’époque de tous mes écrits, mais le 19e siècle est celui que je préfère.
Trois de tes romans ont été publiés à ce jour, peux-tu me dire comment t’es venue l’idée d’écrire ?

Lhattie
Au départ, ce ne fut pas une idée, mais une envie que j’ai pu mettre vraiment en œuvre, il y a trois ans. J’ai toujours écrit d’aussi loin que je m’en souvienne. J’ai toujours aimé poser sur le papier ma plume d’oie ou de corbeau, trempée quelques secondes auparavant dans mon flacon d’encre de chine pour ensuite coucher les mots qui me viennent en tête. Alors, avec les années, ces mots sont devenus des phrases, puis des histoires.

En fait, ce ne sont pas trois, mais quatre romances déjà publiées. Il est vrai que je n’ai pas fait de grandes annonces pour cette quatrième romance portant sur l’univers étendu du RMS TITANIC « Pour que chaque jour compte, il était une fois… » Cependant, elle va être publiée à nouveau prochainement uniquement sous mon nom en autoédition. Vous retrouverez donc cette romance d’ici le deux juillet prochain sur Amazon, Kobo… et en version brochée, bien sûr !

Peux-tu présenter l’univers de tes romans ? Et les personnages ?

Lhattie
J’aime travailler sur les univers étendus. Cela me donne une largesse d’écriture que je ne pourrais pas avoir si j’écrivais directement sur l’univers d’une œuvre.

Par exemple, Lady Rose & Miss Darcy, deux cœurs à prendre… inspiré de l’œuvre de Jane Austen « Orgueil & Préjugés » fait que l’histoire se passe quelques mois après le mariage d’Elizabeth Bennet et de Mr. Darcy. Cependant, mes héros ne sont pas ces derniers. Les jeunes mariés ainsi que les personnages d’Orgueil & Préjugés deviennent des personnages secondaires, mais qui ont bien leurs places dans ma romance. Cela me permet d’amener une fraicheur d’histoire qui ne reste pas cloîtrée dans l’œuvre de Jane Austen comme il en existe beaucoup. Je voulais vraiment écrire quelque chose de différent. Alors mon héroïne principale est lady Rose, une jeune femme aristocrate de 22 ans qui refuse l’idée du mariage et dont la confidente, miss Darcy, n’est autre que la cousine germaine de Mr. Darcy et de sa sœur miss Georgiana. Et donc, la petite nièce de l’exécrable lady Catherine de Bourgh. Lady Rose va rencontrer inopinément lord John Cecil Scott alors qu’elle se retrouve suspendue sur un clou planté sur la clôture d’un verger après avoir chipé une pomme. Lord John, bien qu’elle lui trouve une attitude fort agaçante lorsqu’il la délivre de son attache, va se trouver fort troublé lui aussi par cette rencontre. Ils vont tous deux se mettre à plusieurs reprises dans des situations durant lesquelles le risque d’échanger un baiser n’est jamais très loin… Mais la jeune femme n’avouera que difficilement à son amie intime Meryll Darcy, sa rencontre. Cette dernière, par ailleurs, a elle aussi le cœur qui bat en secret pour un jeune homme dont elle tait le nom…

Dans l’univers étendu du RMS TITANIC « Pour que chaque jour compte, il était une fois… », j’avais écrit cette romance dans le but de donner une famille à Rose DeWitt Bukater, l’héroïne du film de James Cameron. Je voulais raconter sa vie avant le naufrage et après celui-ci. Malheureusement, je n’ai pas obtenu les droits d’auteur. Ce qui ne m’a pas empêché de modifier toute ma romance et d’écrire une histoire quelque peu différente de celle que tout le monde connaît par cette œuvre cinématographique. L’histoire commence quelques mois avant le naufrage du RMS TITANIC avec John Crawford et Lee Moore, deux jeunes hommes outrageusement riches et qui vont tomber follement amoureux des sœurs Allen, Hattie et Julia, durant la traversée de l’Atlantique pour se rendre en Angleterre à bord RMS MAURETANIA. C’est aussi durant cette traversée que Lee Moore retrouve sa tante, la détestable lady Taylor qui avait refusé de l’adopter lorsqu’il était devenu un orphelin d’à peine 5 ans. Cette dernière lui refuse alors tous contacts avec sa fille, lady Grace, qu'elle tient d’une poigne fer. Lee n’a alors qu’une seule envie, c’est d’avouer à Grace, les liens de cousinages qui les unissent. Mais il n’en fera rien. L’histoire va prendre un tournant dès que le RMS MAURETANIA accostera sur les quais du port de Southampton. Grace rejoindra son fiancé lord Maximilien F. Barrow, jeune homme qu’elle n’a jamais rencontré et qu’elle doit épouser sur décision de sa mère, tandis que John et Lee vont tout faire pour ne pas perdre de vue les sœurs Allen…

Concernant « Un Accord Incongru ! » cette romance est un peu différente des trois autres. Je l’ai écrite très rapidement pour participer au concours 2014 de la Journée du Manuscrit, et celle-ci est sortie gagnante avec 19 autres participants sur 1024 participants. J’avoue en être assez fière. Dans cette romance, on découvre une jeune et jolie jeune femme qui est sans le sou. Alors qu’elle se rend chez un parent, le duc de Clarence qui compte, à son insu, lui proposer un accord incongru, elle rencontrera sur son chemin qui l’emmène vers ce vieillard, un bel aristocrate autrichien, le comte Anton Von Kinsky. Une attirance naît instantanément entre les deux jeunes gens. Mais je ne vous en dis pas plus…

Et la petite dernière, Violet Templeton, une lady chapardeuse est une romance sensuelle. Il s’agit là, de personnages différents de mes autres romances, car Violet Templeton est âgée de 27 ans tandis qu'Edward Somerford est âgé de 30 ans. Un jeu du chat et de la souris va évoluer durant toute l’histoire et la souris n’est pas toujours celle que l’on croit…

Tes personnages sont-ils inspirés de personnes de ton entourage ou de personnalités ?

Lhattie
Oui. J’ai de beaux exemples de caractères autour de moi : tendres, animés, heureux, joyeux, tempétueux et surtout aimants. De quoi être inspirée pour n’importe quelles romances !

Pour créer des caractères méchants et peu sympathiques, je pense à des critères bons et aimables, et je me sers de leurs opposés. Je crois que cela fonctionne plutôt bien, surtout dans « Un Accord Incongru ! » avec le vieux duc de Clarence.

Quels sont tes prochains projets littéraires ?

Lhattie
J’ai déjà une romance en cours d’écriture qui porte sur Jane Austen elle-même. Oui, je m’attaque à du lourd. Je pense, toutefois, parvenir à mes fins. Il ne me reste plus qu’une partie à écrire et déjà deux maisons d’édition sont dessus… J’avoue que cette écriture me tient particulièrement à cœur, car j’ai toujours été admirative des écrits de Jane Austen. C’est un peu pour moi une façon de lui rendre un hommage sur l’héritage qu’elle nous a laissé.
Peux-tu me donner le titre de ton livre préféré ou de celui qui t’a le plus marqué ?

Lhattie
Mme de Bovary. Mais j’ai également aimé la correspondance épistolaire de Mme de Sévigné avec sa fille. Le choix m’est donc difficile…
Que lisais-tu adolescente ?

Lhattie
Beaucoup de chose ! Mais j’ai eu une attention particulière pour la bibliothèque Rose de la Comtesse de Ségur. J’avoue l’avoir relue dernièrement et j’aime toujours autant la plume de cette dernière. Sinon, Orgueil & Préjugés est celui par lequel j’ai découvert dans ma jeunesse Jane Austen. Et j’adore toute lecture relative à des écrits épistolaires. D’ailleurs, dans Lady Rose & Miss Darcy, deux cœurs à prendre… les lecteurs/lectrices retrouveront des échanges de lettres qui permettent, d’une certaine manière, d’entrevoir plus finement le caractère des personnages.
Quelques mots pour vos lecteurs/lectrices ?

Lhattie
Merci à vous sans qui je n’existerais pas, à vos gentils messages et à tous vos partages. C’est magique !

Merci aux blogueuses qui postent leurs chroniques — toujours bonnes pour le moment ;D

Merci à tous et à toutes de vos partages qui me permettent de poursuivre l’autoédition et qui commencent à me faire connaitre. Et merci à toi, Séverine, pour cette interview qui va certainement servir mes écrits…

À bientôt.

Amicalement vôtre,

Lhattie

Mon avis sur La lueur du crépuscule de Clément Joulin

Titre: La lueur du crépuscule
Auteur: Clément Joulin
Date de parution: 28 janvier 2014
Genre: Policier
Editeur: Baudelaire



Description

Désillusionné par son échec au bac, Clément Unsper, jeune homme créatif et curieux, occupe un poste sans saveur dans une entreprise insignifiante. Quand, par un curieux concours de circonstances, il se retrouve consultant pour la police, il va tout mettre en œuvre pour résoudre les enquêtes qui se présentent à lui. Dirigé par Jacques Mounier, chef charismatique lui vouant une confiance aveugle, il va faire preuve de beaucoup de détermination. Décomplexé et doté d' un sens de l'analyse aigu, Clément se révélera un allié de taille alors que les résultats de la police laissent à désirer et que la confiance n'est pas au beau fixe. Mais la vie de consultant n'est pas de tout repos, surtout lorsque l'on débute à dix-neuf ans et que l'on a un caractère imprévisible : inexpérience, illégitimité, excès de sarcasme... Action, poésie, philosophie, amour, humour et suspense se cachent dans ce roman atypique où narrateur, héros et auteur s'entremêlent pour ne former qu'un.

Interview de Cécile Ama Courtois


Merci Cécile d'avoir répondu à mes questions!!!

Cécile Ama Courtois est l'auteur d'Eve aux sables dormant dont vous pouvez lire mon avis sur ce blog.

Résumé

Etudiant en égyptologie, Guillaume participe à la plus incroyable fouille archéologique jamais réalisée.

Un chantier où chaque strate mise au jour dévoile des vestiges toujours plus anciens. Plus vieux que les premiers hommes. Antérieurs aux tous premiers dinosaures. Remontant jusqu'aux origines de la vie connue. Puis plus loin encore... jusqu'à des créatures qui peuplaient la Terre avant cela. Des êtres disparus depuis des millions d'années.

Quand Guillaume découvre un squelette incroyable, d'étranges rêves commencent à peupler son sommeil. Ces rêves vont, non seulement bouleverser son coeur et sa vie, mais ils vont aussi changer le cours de l'Histoire.

Une histoire d'amour qui n'est pas sans rappeler La nuit des temps de Barjavel.


***

Interview par Boulimique des livres

Bonsoir Cécile et merci d'accepter de répondre à mes quelques questions.

Cécile
C'est à moi de te remercier, je suis ravie.

Peux-tu te présenter pour les lecteurs/lectrices qui ne te connaissent pas ?

Cécile
Je suis une jeune fille de 41 ans, mariée à un homme formidable et mère de deux adorables garçons (qui me haïront de les avoir qualifiés d'adorable… les ados !). J'habite dans ma Franche-Comté natale (l'autre pays des hobbits, comme j'aime à le dire. Si, si, venez voir, on s'y croirait !!) J'ai plusieurs vies en une puisque je cumule ma vie d'épouse et de mère (comme beaucoup de femmes) avec un travail à temps plein et des activités littéraires intenses, que je partage entre lire et écrire. Je ne classe pas la lecture dans mes passions parce que c'est pour moi plus une activité aussi vitale que boire et manger qu'un simple hobby. Mes passions sont les chevaux et le chant. Je suis une fée refoulée, pétrie de rêves naïfs, d'espoirs, de merveilleux et d'optimisme, mais cela ne m'empêche pas d'être pragmatique et efficace.
Mon ambition, en tant qu'auteure, est de proposer à mes lecteurs une vision du monde plus douce, plus positive, de leur donner envie de croire que les choses peuvent être belles tout simplement. Ma devise, c'est : Si tu veux être heureux, sois-le. Quand on me dit : lire ton livre m'a remonté le moral, je suis heureuse. C'est tout, c'est ça, le bonheur.


Ton dernier roman Eve aux sables dormant est sorti le 25 avril dernier, peux-tu me dire comment t’es venue l’idée de l’écrire ?

Cécile
Mon dernier, mais surtout mon premier (publié) lol.
Il y a quelques années, j'ai eu envie pour la première fois de tenter de répondre à un appel à texte. C'était également la première fois que je m'essayais à l'exercice difficile de la nouvelle et en effet, ce fut un fiasco. À l'époque, cela s'appelait "La Renaissance". C'était un texte court et pour tout dire, bâclé. Pas que je n'y avais pas suffisamment travaillé, non, c'est plutôt que je n'avais pas bien compris ce qu'était une nouvelle et j'avais une histoire trop grande pour la caser en si peu de pages. Du coup, ça ressemblait plus à un synopsis détaillé qu'à une nouvelle. Déçue, je l'ai rangée dans un tiroir en me disant que si j'avais le temps un jour, j'en ferais peut-être un roman.

En 2013, alors que les soumissions d'un autre roman remportaient un succès mitigé, j'ai ressorti la nouvelle du tiroir pour me changer les idées. N'étant plus contrainte par la taille, je me suis régalée à raconter l'histoire de Guillaume. Et cette fois-ci, le succès a été au rendez-vous, grâce à L-s Ange et à Lilian Ronchaud, qui y ont cru.


Peux-tu présenter l’univers de ce roman ainsi que ses héros ?

Cécile
L'univers de départ, c'est l'Égypte, l'archéologie, un chantier de fouilles, des scientifiques passionnés… Un peu Indiana Jones sans les méchants. Puis viennent les rêves étranges et les découvertes improbables. Alors on bascule dans le fantastique, le mystique. Puis ce dernier se transforme en mystère, avec l'apparition de légendes et de peuple ancien. S'ensuivent des révélations sur notre monde, notre passé, notre futur. Il y a un côté dystopie, science fiction (j'aime bien les mélanges). Mais surtout, il y a l'amour, l'espoir, le merveilleux…

Côté personnages, je vous parlerai surtout de Guillaume, le héros de l'histoire. C'est un jeune homme lambda, pas exceptionnellement beau, ni fort, ni riche. Il est intelligent, passionné, sensible. Très naturel, simple et doux. Pas très sûr de lui au départ, il va évoluer, mûrir et s'affirmer au fil de l'histoire. Sa rencontre avec "…" (mystère) sera prédominante : elle va changer sa vie, mais aussi la nôtre, celle du monde, notre avenir.


Tes personnages sont–ils inspirés de personnes de ton entourage ou de personnalités ?

Cécile
Pas du tout ! Ils sont inspirés d'eux-mêmes, je pense. J'ai plutôt l'impression qu'ils ont une existence propre et qu'ils me guident dans l'écriture. Pour ce roman en tout cas (celui que j'écris en ce moment, c'est différent).

As-tu une affinité avec l’archéologie ?

Cécile
J'ai toujours été très attirée par les mystères du passé, les mythologies, les civilisations anciennes. Si cela n'avait pas nécessité tant d'études et de connaissances, j'aurais aimé être archéologue. J'adore regarder ces reportages réalistes qu'ils font sur la vie au temps des Romains, des Aztèques, de l'Égypte ancienne…

Quels sont tes prochains projets littéraires ?

Cécile
Je viens de signer chez Nana Édition, pour une nouvelle qui fera partie d'un recueil. Mais je n'en dis pas plus pour le moment. Sinon, je travaille sur un roman qui devrait être le premier tome d'une série de romance fantasy (sans elfes ni dragons, avec très peu de magie).

Peux-tu me donner le titre de ton livre préféré ou de celui qui t’as le plus marqué ?

Cécile
Dans les livres que j'ai lus ? Il y en a tellement !!!
Mon livre "de chevet", celui que je relis régulièrement et qui est ma référence spirituelle, c'est "Le très bas", de Christian Bobin. Une histoire romancée de la vie de Saint François d'Assises.


Que lisais-tu adolescente ?

Cécile
J'ai commencé ma vie de lectrice avec l'Étalon Noir, il y a un peu plus de 30 ans. À l'adolescence, je dévorais les Barbara Cartland et autres Arlequin, puis j'ai eu ma période "réaliste" avec des livres-témoignages, ensuite j'ai dévoré pendant un temps tout ce qui pouvait concerner la mort et la vie après la mort. Puis j'ai découvert Tolkien et le Seigneur des Anneaux… et ma vie n'a plus été la même.

Quelques mots pour tes lecteurs/lectrices?

Cécile
Croyez aux contes de fées, décidez d'être heureux, faites de votre vie un rêve et vous changerez le monde. (et éventuellement, lisez Ève aux sables dormant).

dimanche 28 juin 2015

Réceptions Service presse du 28 juin 2015

Titre: La dentelle du Colorado
Auteur: Manuel Ruiz
Date de parution: 7 mars 2015
Editeur: Lune-Ecarlate



Description

Au Colorado, la belle Margareth Dallard prend la diligence pour Fort-Laramie. Or, nous sommes en 1862, en plei ne Guerre de Sécession. Espions sudistes, Indiens en révolte, trafiquants de chevaux et hors-la-loi ont fait du Far West une poudrière confuse et dangereuse. Heureusement, dans la diligence, Margareth rencontrera le jeune et séduisant Alan Cork, aventurier de la Frontière qui ne demeure pas indifférent au charme de la jeune femme. Ensemble, ils traverseront l’Ouest périlleux, affronteront les ennemis et tenteront de sauver le Colorado de l’invasion. Ensemble, ils iront vers la délivrance, et vers l’amour.

Interview Clément Joulin


C'est au tour de Clément Joulin, jeune auteur de La lueur du crépuscule de répondre aux questions de boulimique des livres. Merci à toi Clément!!!!

Date de parution: 28 janvier 2015

Résumé

Désillusionné par son échec au bac, Clément Unsper, jeune homme créatif et curieux, occupe un poste sans saveur dans une entreprise insignifiante. Quand, par un curieux concours de circonstances, il se retrouve consultant pour la police, il va tout mettre en oeuvre pour résoudre les enquêtes qui se présentent à lui. Dirigé par Jacques Mounier, chef charismatique lui vouant une confiance aveugle, il va faire preuve de beaucoup de détermination. Décomplexé et doté d' un sens de l'analyse aigu, Clément se révélera un allié de taille alors que les résultats de la police laissent à désirer et que la confiance n'est pas au beau fixe. Mais la vie de consultant n'est pas de tout repos, surtout lorsque l'on débute à dix-neuf ans et que l'on a un caractère imprévisible : inexpérience, illégitimité, excès de sarcasme... Action, poésie, philosophie, amour, humour et suspense se cachent dans ce roman atypique où narrateur, héros et auteur s'entremêlent pour ne former qu'un.

***

Interview par Boulimique des livres

Bonsoir Clément et merci d'accepter de répondre à mes quelques questions.

Clément
Merci à toi.

Peux-tu te présenter pour les lecteurs/lectrices qui ne te connaissent pas ?

Clément
Certainement. Je m’appelle Clément Joulin, j'ai 21 ans. Je viens d'avoir ma licence de psychologie et mon rêve est de devenir écrivain. Que dire de plus? J'aime beaucoup de choses: les jeux vidéos, les jeux de cartes, le sport, les jeux de rôles... Et surtout en inventer! J'écris énormément de choses: poèmes, romans, paroles de musiques etc... Mais ne vous y trompez, j'aime aussi me la couler douce sur un transat “ lentus in umbra sub tegmine fagi” (allongé tranquillement dans l'ombre sous le toît d'un large hêtre. C'est un vers de Virgile dans les Buccoliques. Le seul dont je me souvienne, à vrai dire) tout en écrivant tranquillement.

Ton premier roman La lueur du crépuscule est sorti le 28 janvier 2014, peux-tu me dire comment t’es venu l’idée de l’écrire ?

Clément
J'invente des histoires depuis tout petit pour vivre par procuration ce que je n'avais pas l'occasion ou le courage de vivre. Introverti cela me permettait de garder espoir. Cependant, ces histoires ne regardaient que moi et étaient peu recherchées. Il m'a fallu attendre la 3ème avec mon initiation à la philosophie par mon professeur de Latin pour commencer à développer des réflexions.

Puis mon style s'est affiné avec le soutien de mes professeurs en terminale(mes deux terminales car j'ai doublé). Et un soir où je regardais ma série préférée: Mentalist de Bruno Heller, l'idée m'est venue comme une évidence d'écrire un roman policier. Mais cette fois-ci, je l'ai écrit jusqu'au bout et je ne l'ai pas arrêté en chemin(comme mes précédents romans).


Peux-tu présenter l’univers de ce roman ainsi que son héro ?

Clément
Avec plaisir. L'histoire se déroule de nos jours et met en scène Clément Unsper: un jeune homme inventif et terriblement curieux qui par un étrange concours de circonstances va se retrouver consultant pour la police. Au début, on ne sait pas pourquoi Jacques(le chef de l'unité de police) l'a engagé et ses raisons demeurent obscures... Du moins dans ce premier tome... Clément va devoir faire preuve de courage et d'ingéniosité pour résoudre les enquêtes qui se présenteront à lui et pourra peut-être lever le voile sur l'un des plus grands mystères qui le taraude: “Quel est le but de sa vie?” et pourra peut-être enfin chercher quelque chose d'intéressant à chercher.

L'univers au premier abord “amusant” et “sympathique” se révelera au fil des tomes assez sombre sans pour autant oublier ce côté loufoque de quelques personnages.

Clément Unsper est à l'instar de Patrick Jane(protagoniste de la série Mentalist) un personnage complexe. Détendu, poète, intenable, calme parfois, rêveur, saccarstique, sombre et même terriblement triste... Cependant, je ne vous en dis pas plus. Je vous laisse découvrir toute l'étendue de sa personnalité à travers la saga.


Tes personnages sont –ils inspirés de personnes de ton entourage ou de personnalités ?

Clément
Le héros Clément Unsper s'inspire de moi-même et de Patrick Jane qui lui même m'inspire dans la vraie vie pour le côté détendu et ingénieux. Sinon quelques personnages s'inpirent soit de mes amis soit de ma famille. Et d'autres sont complétement imaginaire.

Quels sont tes prochains projets littéraires ?

Clément
Beaucoup de choses! J'ai fini le tome 2 de La lueur du crépuscule et j'ai commencé le tome 3.
Je dois encore peaufiner le tome 3. J'ai aussi deux romans fantasy en préparation, un recueil de poème qu'il faudra que j'essaye de faire publier, un second recueil mêlant poèmes et histoires à continuer, un jeu de rôle à finir et surtout une pièce de théâtre à achever. Je me concentre actuellement sur cette dernière. Il y a également d'autres choses comme des paroles de musique mais ce n'est pas encore un projet d'actualité.


Peux-tu me donner le titre de ton livre préféré ou de celui qui t’as le plus marqué ?

Clément
Le philosophe et le Loup de Mark Rowlands. Il faudra que je le relise mais une fois que je l'ai refermé, je me rappelle avoir pris un énorme claque métaphysique.

Que lisais -tu adolescent ?

Clément
Principalement des mangas et les livres du lycée. J'aime beaucoup Molière et Beaumarchais. Je ne lis pas énormément mais j'écris beaucoup. Disons que j'écris plus que ce je lis. Quand je lis, je pense souvent à d'autres choses, à d'autres histoires etc. Alors quand j'écris, je peux justement en profiter pour les mettre sur papier. Enfin, quand ces idées restent cohérent avec ce que j'écris et qu'ils n'appartiennent pas un autre projet d'écriture... Cela m'arrive trop souvent d'écrire un roman et d'avoir des idées sur un autre de mes romans. C'est terrible.

Quelques mots pour tes lecteurs/lectrices?

Clément
D'abord merci d'avoir suivi cette interview. Et puis je vous souhaite de prendre autant de plaisir à lire ce livre que j'en ai pris à l'écrire.

vendredi 26 juin 2015

Mon avis sur La Tour de Cécile Duquenne

Titre: La Tour
Auteur: Cécile Duquenne
Date de parution: 4 juillet 2015



Merci à Cécile Duquenne pour l'envoi de ce service presse

Je vous rappelle que vous pouvez acheter ce roman en cliquant ici

Description

Jessica, 16 ans, se réveille dans un marécage artificiel aux dangers bien réels. Très vite, elle comprend qu'elle se trouve au sous-sol d'une étrange tour sans fenêtres, et que le seul moyen d'en sortir est de monter jusqu'au toit. Accompagnée de quelques autres jeunes, elle se lance dans l'ascension de sa vie, explorant chaque niveau, affrontant les dangers embusqués… Et les révélations. Car Jessica n'a plus aucun souvenir d’avant son arrivée ici. Ils lui reviennent par bribes, étage après étage, et plus elle en apprend, moins elle désire sortir – surtout que son pire ennemi se trouve à l’intérieur avec elle. Bientôt, l'envie de se venger prend le pas sur l'envie de s’échapper… Et si en exhumant les secrets de son passé, Jessica levait aussi le voile sur la véritable fonction de La Tour ?

Interview Cécile Duquenne


Aujourd'hui c'est Cécile Duquenne, auteur de la série Les foulards rouges qui a accepté de répondre aux questions de Boulimique des livres.

Le 4 juillet prochain sort son nouveau roman: La Tour


Résumé

Jessica, 16 ans, se réveille dans un marécage artificiel aux dangers bien réels. Très vite, elle comprend qu'elle se trouve au sous-sol d'une étrange tour sans fenêtres, et que le seul moyen d'en sortir est de monter jusqu'au toit. Accompagnée de quelques autres jeunes, elle se lance dans l'ascension de sa vie, explorant chaque niveau, affrontant les dangers embusqués…
Et les révélations.
Car Jessica n'a plus aucun souvenir d’avant son arrivée ici. Ils lui reviennent par bribes, étage après étage, et plus elle en apprend, moins elle désire sortir – surtout que son pire ennemi se trouve à l’intérieur avec elle. Bientôt, l'envie de se venger prend le pas sur l'envie de s’échapper…
Et si en exhumant les secrets de son passé, Jessica levait aussi le voile sur la véritable fonction de La Tour ?

Grande fan du Labyrinthe de James Dashner et de Hunger Games de Suzanne Collins, Cécile Duquenne signe cette année son premier roman Young Adult, à mi-chemin entre le thriller psychologique et le survival.
D’abord publiée aux éditions Voy’el avec Les Nécrophiles Anonymes, puis aux éditions Bragelonne avec sa série de space-opera steampunk Les Foulards Rouges, elle est connue pour ses personnages féminins forts et son écriture quasi télévisuelle. En ce sens, La Tour s’inscrit dans la lignée de ses précédents opus, tout en explorant un univers unique et vertical.

Bienvenue dans la Tour.
Atteindrez-vous un jour le sommet ?

Dès 16 ans.

***

Interview par Boulimique des livres

Bonsoir Cécile et merci d'accepter de répondre à mes quelques questions.

Cécile
Mais de rien, avec plaisir ! J

Peux-tu te présenter pour les lecteurs/lectrices qui ne te connaissent pas ?

Cécile
Bien sûr ! Alors je vis dans le sud de la France, à Aix-en-Provence, où j’effectue aussi des études longue durée – très longue dirons certains, et ils auront raison, puisque je me lance dès la rentrée dans un doctorat de littérature japonaise et comparée. Je vais travailler sur la littérature post-Fukushima en France et au Japon, tout un programme donc…

Mis à part ça, je suis auteur de science-fiction, fantasy et fantastique, tant pour les adultes que pour la jeunesse. Mes livres les plus connus sont les Foulards Rouges, une série primo-numérique chez Bragelonne, ainsi que les Nécrophiles Anonymes, du vampirique pas DU TOUT comme les autres chez Voy’el en papier et Bragelonne en numérique. J’ai tendance à changer d’univers et d’ambiance à chaque roman ou presque, car j’aime le changement et surprendre mes lecteurs. Dernièrement, la surprise est allée encore plus loin, puisque « je m’hybride » : je me lance dans l’autoédition en parallèle de l’édition traditionnelle…


Ton roman La Tour sort le 4 juillet prochain, peux-tu me dire comment t’es venue l’idée de l’écrire ?

Cécile
En fait, ce roman est le fruit d’une expérience d’écriture un peu particulière : le défi du roman en 3 jours lancé par Neil Jomunsi sur son blog (lequel billet est une reprise d’un article anglais, toutes les infos sont sur Page 42 : http://page42.org/comment-ecrire-un-roman-en-3-jours/ !) Ayant décidé de me lancer, j’ai pris quelques jours pour minutieusement préparer mon univers. Afin d’être sûre de pouvoir réussir le défi et d’avoir un roman complet au bout des 72 heures, j’ai décidé que j’avais besoin d’un concept fort, central, qui guide toute la structure du roman… c’est ainsi que l’idée de La Tour est née. Un récit vertical. Une ascension doublée d’une chute. Quelque chose de vertigineux !

Pouvez-vous présenter l’univers de ce roman ainsi que l’héroïne ?

Cécile
Jessica a 16 ans et… plus aucun souvenir ! Elle se réveille tout en bas d’une tour, et sa mémoire lui revient peu à peu, au fur et à mesure qu’elle monte dans les étages. Je ne peux guère en révéler davantage sans déflorer l’intrigue, et donc, le suspens… il faudra lire pour en savoir plus ;-)
En tout cas, l’univers est certes Young Adult, mais ne vous attendez pas à de la romance ou à de la dystopie : c’est du survival bien sanglant, avec une tension psychologique palpable, quelque chose de sombre donc. Et suintant… comme le marécage où débute l’histoire ;-)


Tes personnages sont–ils inspirés de personnes de ton entourage ou de personnalités ?

Cécile
Parfois oui, parfois non. J’évite cependant de trop m’inspirer, car je ressens un certain malaise à explorer la psyché de quelqu’un que je connais… même en les connaissant bien, on va au-delà de l’intime, et parfois, c’est délicat selon les situations dans lesquelles les personnages sont jetés… du coup, je m’en inspire pour certains traits de caractères, mais je ne copie jamais une personne réelle dans un de mes romans ^^

Quels sont tes prochains projets littéraires ?

Cécile
Outre la suite de mes projets en cours de manière générale, je travaille en ce moment à un one-shot steampunk un peu particulier, dont le titre est L’Intemporel. Je ne peux pas vous en dire plus, sauf que c’est une commande qui devrait a priori sortir fin 2017. J’ai prévu de rendre le manuscrit mi 2016, et ces derniers jours, je travaille sur le synopsis détaillé et le séquençage de mes chapitres… un travail d’orfèvre, qui va me prendre encore une quinzaine de jours, mais nécessaire quand on effectue une commande : l’éditeur doit savoir exactement à quoi s’attendre, et si ses requêtes sont respectées ! J

Toujours dans la même veine, vous pourrez me retrouver à la rentrée 2015 aux éditions Rouge Safran, avec un opus steampunk destiné aux 8-12 ans, intitulé Penny Cambriole et l’horloge à voler le temps. La couverture et le résumé ne devraient plus tarder, il faut guetter mon blog ou les réseaux sociaux pour cela ! J


Peux-tu me donner le titre de ton livre préféré ou de celui qui t’as le plus marqué ?

Cécile
Sans hésiter : Le Vagabond des étoiles de Jack London, une ode à la vie, la liberté, la poésie… et l’une des plus belles réussites de cet auteur, pourtant parmi les plus méconnues. Je milite pour renverser la vapeur, et je le conseille tout autour de moi : ce livre devrait faire partie des 100 livres à avoir absolument lus dans sa vie ^^

Que lisais-tu adolescente ?

Cécile
Plein de choses ! Au début, c’était Alice Roy détective, je me suis fait toute la série de 12 à 13 ans. Et puis il y a eu Harry Potter, la série des Everworld, Ewilan, A la croisée des mondes, mais aussi des ouvrages moins connus comme Le Royaume de Kensuké de Michaël Morpurgo (que je conseille vivement, j’ai tellement lu, relu, et pleuré sur ce magnifique roman à l’émotion d’une intensité rare !
Quelques mots pour vos lecteurs/lectrices ?

Cécile
Merci à d’être toujours au rendez-vous, d’être si sympathiques, chaleureux, et sincères dans vos louanges comme dans vos critiques. Chaque message me va droit au cœur, m’aide et me soutient. Alors MERCI !!! <3 data-blogger-escaped-span="">

Interview de Laetitia Millet


Merci Laetitia d'avoir accepté de répondre à mes questions !!!

Laetitia est l'auteur de mon dernier coup de coeur dans la catégorie fantastique: Snezelheim sorti le 11 juin dernier aux editions L'Ivre book



Résumé

Elevé par son frère Madriel depuis son plus jeune âge, Arquel partage son quotidien entre une vie tranquille à la campagne et ses allées et venues au lycée. Il ne rêve que d'une chose : marcher dans les pas de son ainé et devenir, comme lui, créateur de jouets. Jusqu'au jour où la marionnette rouge fabriquée autrefois par Madriel se réveille, levant le voile sur l'existence de Snezelheim, un pays caché où une magie aussi mystérieuse que maléfique permet aux objets de venir à la vie...
***

Interview par Boulimique des livres

Bonsoir Laetitia et merci d'accepter de répondre à mes quelques questions.
Peux-tu te présenter pour les lecteurs/lectrices qui ne te connaissent pas ?


Laetitia
Tout d'abord, je suis une lectrice à la recherche perpétuelle de récits qui m'emmènent le plus loin possible du quotidien. J'ai, en toute logique, développé un goût prononcé pour les histoires qui relèvent du fantastique ou de la fantasy, dans toutes ses déclinaisons, de l'horreur au merveilleux. Dans le civil, je suis enseignante, ce qui me permet de mettre tous les jours mes capacités d'imagination à l'épreuve.

Ton premier roman Snezelheim est sorti le 13 juin dernier, comment t- est venu l’idée de l’écrire ?

Laetitia

En vacances dans le Gard voilà quelques années, j'ai eu l'occasion de visiter un endroit surprenant. Mon guide du Routard qui n'était pas tout neuf indiquait qu'il s'agissait d'un musée du jouet où l'on trouvait aussi des objets de la Belle Epoque. Le lieu proposait entre autres, était-il écrit, une importante collection de trains mécaniques. Or, la personne qui vendait les billets nous a dit que ces derniers n'étaient pas visibles car depuis, quelqu'un s'était introduit dans le musée pour les voler. Je l'ai sentie extrêmement triste et j'ai compris l'attachement qui la liait à ces simples jouets. Depuis, je cours les musées du jouet ici ou là, au gré de mes pérégrinations. J'ai notamment écrit quelques passages à partir de photos prises au musée du jouet de Prague.


Peux tu présenter le héros en quelques lignes ?

Laetitia

Arquel est un personnage solitaire qui ne laisse pas les autres l'approcher. Il distribue sa confiance au compte-goutte. Il est surdoué, dans le sens où il conjugue des talents très précis à une opiniâtreté extraordinaire dans le travail, ce qui lui permet d'obtenir un résultat optimal. Malheureusement, il est moins doué sur le plan social. On peut le comparer au capitaine d'un bateau qui tient le cap alors même qu'il file droit sur la tempête, et que tout son équipage l'implore de faire demi-tour. Il ne fait pas d'éclats ou rarement, mais il bétonne avec force ce qu'il estime ne pas devoir bouger. Cet état d'esprit va le desservir, mais aussi le renforcer sur de nombreux plans.


Peux tu présenter l’univers du roman en quelques lignes ?

Laetitia

Il y a clairement deux mondes qui coexistent. D'abord le nôtre, matérialisé par la vie d'Arquel au lycée, qui est le théâtre du début du roman. Ensuite il y a Snezelheim, une île cachée où la matière inerte vient à la vie. Le voile se lèvera en partie sur l'histoire de cet endroit mystérieux où des corporations de créateurs de jouets détiennent le pouvoir et l'exercent sans partage. La magie est au rendez-vous, quoiqu'elle ne soit jamais nommée ainsi. La cruauté, aussi. Quelques éléments liés au romantisme noir se sont invités dans l'atmosphère, plus ou moins liés à l'imagerie populaire de la marionnette terrifiante qui surgit dans la nuit ou à celle du manoir lugubre derrière le cimetière...


Pourquoi avoir choisi les jouets ?

Laetitia

Tout le monde a été enfant. Tout le monde a manipulé des bouts de bois ou de plastique en proclamant qu'ils étaient davantage que ça. Les jouets sont des objets qui font écho à tous, c'est pourquoi (je fais la jonction avec la question précédente) dans certains films d'horreur, on les utilise pour créer cette peur primale qui frappera efficacement le spectateur. La poupée vient vous étrangler ? Et si elle venait plutôt vous parler ? La question qui se pose est celle de la nature de la conscience humaine. Dans Snezelheim, il y a des jouets qui sont humains et des humains qui sont des monstres. Arquel sera confronté à un choix moral qui le forcera à poser les termes de cette équation.


Les deux marionnettes Peppinz et Fadio ressemblent elles à quelqu’un de ton entourage ?

Laetitia

Pas particulièrement. Je les voulais à la fois identiques et radicalement opposées. Des figures jumelles très marquées du point de vue du caractère. J'ai construit leur personnage avec grand soin, en veillant à ce qu'elles agissent toujours en cohérence avec ce qu'elles sont. Ce sont des archétypes davantage que des personnes, elles ne se débattent pas dans leurs questionnements. C'est pour cela que Arquel peut s'appuyer sur elles. Elles sont solides et ne doutent pas.


As yu déjà commencé à écrire la suite ?

Laetitia

Bien sûr ! Les choses avancent lentement mais sûrement. Les quelques effets de surprises ménagés dans le roman paru ne sont rien comparés aux retournements de situation prévus pour la suite. Tout ce que je peux dire, c'est qu'Arquel va souffrir et que les enjeux vont s'avérer plus élevés. Les questions qui n'ont pas encore trouvé de réponses vont être au coeur de l'intrigue.


D’autres écrits vont-ils paraitre prochainement ?

Laetitia

Dans l'immédiat, non. Je travaille actuellement sur deux autres romans parallèlement à la suite de Snezelheim. J'avais déjà publié ces dernières années dans des fanzines ou des anthologies, au format court, toujours dans le domaine du fantastique. Or, écrire un roman est plus difficile qu'écrire une nouvelle, pas forcément parce que c'est plus long mais parce qu'il faut creuser davantage dans toutes les directions. Il faut clore chaque piste que l'on dessine, or s'il n'y en a pas assez ou si elles sont trop évidentes, le lecteur peut s'ennuyer. Le processus de construction est aussi long que l'écriture, mais ce n'est que mon ressenti.


Peux-tu me donner le titre du livre qui te correspond le mieux ?

Laetitia

Je pense que je ne l'ai pas encore trouvé. Il y a des livres que j'ai adorés au point d'en relire des passages de temps en temps, mais je ne dirais pas qu'ils me correspondent. Écrire, c'est pour moi porter un masque, voire des dizaines de masques, alors que lire c'est revêtir pour un moment les masques fabriqués par d'autres. J'aime énormément ce jeu de déguisement, c'est ce que je cherche quand j'ouvre un livre. En fait, si un jour j'en trouve un qui précisément me correspond, j'ai peur que l'ennui m'oblige à le refermer aussi sec.


Quelques mots pour tes lecteurs/lectrices ?

Laetitia

Je n'ai jamais écrit pour moi, mais dans l'idée que peut-être, un jour, quelque part, quelqu'un allait me lire. Tout ce que je souhaite, c'est inviter des gens dans mes histoires pour qu'ils s'y sentent bien. J'espère sincèrement pouvoir y parvenir.


jeudi 25 juin 2015

Interview d'Aurore Aylin


Merci à Aurore Aylin d'avoir accepté de répondre à mes questions.

Aurore Aylin est l'auteur de la saga les Kergallen dont deux tomes ont déjà été publiés.

Tome 1 : Thais

Tome 2: Joanna

Résumé du tome 1 (publié le 14 juillet 2014)

Les Kergallen... une famille où la magie se transmet de mère en fille.

Kieran McDougall est devenu un fantôme suite à un concours de circonstances malheureux. Prisonnier de son domaine écossais, il erre depuis quatre siècles, invisible aux yeux de tous... sauf à ceux d'une ravissante antiquaire française, vers laquelle une force irrépressible le pousse. Thaïs est la seule à pouvoir l'aider, et même si elle lui oppose un refus catégorique, Kieran se fait fort de la faire changer d'avis.


Résumé du tome 2 (publié le 17 mai 2015)

Joanna est une magicienne des éléments. Leur maîtrise n'a plus de secret pour elle, elle connaît le potentiel de destruction de son pouvoir et s'est appliquée à ne jamais en perdre le contrôle. Bohème, artiste dans l'âme, la jeune femme mène sa vie comme elle l'entend au milieu de l'exubérant clan Kergallen. L'irruption de Dragan va tout bouleverser et l'entraîner dans un univers dont elle ne soupçonnait même pas l'existence en dépit de sa connaissance du monde magique. Dragan qui, au contact de la fascinante Joanna, se découvre farouchement protecteur, surtout lorsque surgit de son passé l'homme dont il rêve de se venger...

***

Interview par Boulimique des livres

Bonsoir Aurore et merci d'accepter de répondre à mes quelques questions.

Aurore
Merci de me les poser :-)

Peux-tu te présenter pour les lecteurs/lectrices qui ne te connaissent pas ?

Aurore
Je m'appelle Aurore, j'ai 33 ans, je suis professeur des écoles, en maternelle depuis quelques années. J'aime les chats, le rose et le violet, le chocolat, je suis accro à mon café du matin. Je lis beaucoup, depuis que je suis en âge de tenir un livre, et depuis un an maintenant, je me suis lancée, je publie mes écrits. À ce jour, j'ai publié deux tomes de ma série de romance fantastique, Les Kergallen.

Le tome 2 des Kergallen, Joanna est sorti il y a quelques semaines, peux-tu me dire comment t’es venue l’idée d’écrire ?

Aurore
J'ai toujours plus ou moins écrit, depuis que j'ai une dizaine d'années. Je lis beaucoup, et j'ai tendance à faire vivre les personnages dans ma tête (oui, je sais, c'est inquiétant lol), à leur inventer des histoires, des rebondissements, à réécrire telle scène à ma façon... j'ai fini par inventer des histoires bien à moi, avec mes personnages, même si pendant des années, j'ai commencé des tas d'histoires sans jamais les terminer. Mais entre écrire dans son coin et soumettre ses textes à un public, il y a un grand pas, que j'ai franchi l'année dernière suite à un délire avec mon amie Ysaline Fearfaol. Nous nous sommes lancées chacune dans l'écriture d'un premier roman, nous corrigeant mutuellement. C'était d'abord pour rire, et puis peu à peu, l'idée d'en faire quelque chose s'est imposée. “Pourquoi pas moi?” . Et voilà.

Peux-tu présenter l’univers des Kergallen en quelques lignes ?

Aurore
Il s'agit d'une série de romance fantastique mêlant la magie et l'humour. Les Kergallen sont des sorcières dont les pouvoirs se transmettent de mère en fille. Elles forment un clan soudé, sont un brin déjantées, et les hommes, bien que dénués de magie, ne sont pas en reste. Avec mes héroïnes, des femmes modernes qui n'ont pas froid aux yeux, je plonge dans les mythes celtiques pour les revisiter à ma façon. Le ton est léger, l'humour n'est jamais loin, et la romance est bien sûr très présente.

Pourquoi la Bretagne ?

Aurore
Pour le premier tome, je me suis fait plaisir avec un héros (Kieran) Écossais des Highlands, en kilt, bien sûr. L'histoire devait faire quelques dizaines de pages, mais Ysaline en réclamait davantage, j'ai donc inventé une famille à Thaïs, mon héroÏne, et pour rester dans le côté celtique, j'ai choisi la Bretagne. Je voulais une histoire qui se déroule en France pour la majeure partie, la Bretagne était une évidence.

Tes personnages sont–ils inspirés de personnes de ton entourage ou de personnalités ?

Aurore
Mes héros relèvent du fantasme : ils sont beaux, virils, courageux, ne reculent devant rien pour les beaux yeux de leur belle et acceptent qu'une femme puisse être indépendante. La perle rare. Mes héroïnes ressemblent à pas mal de femmes de mon entourage : elles sont indépendantes, sociables, se prennent en main sans pour autant refuser le soutien d'un homme. Elles n'attendent pas le prince charmant pour les sortir de situations difficiles. Les relations entre les cousines Kergallen, que je surnomme les Chipies, sont inspirées de celles que j'ai avec mes cousines et ma soeur : nous formons un petit groupe proche en âge, et de fait quand nous nous retrouvons ensemble, les taquineries, les blagues, vont bon train.

Quels sont tes prochains projets littéraires ?

Aurore
Je suis actuellement sur l'écriture du tome 3, Nina. J'aimerais enchainer avec le tome 4, Sélène, dont j'ai l'histoire en tête depuis presque un an. Je pense que pour les Kergallen, il y aura en tout 6 ou 7 tomes, voilà qui devrait m'occuper un moment! J'ai aussi écrit le premier tome d'une autre série, une romance historique fantastique, mais je n'ai pas encore pu me plonger dans les tomes suivants, obnubilée par les Kergallen. Et puis j'ai tous les petits textes que j'écris pour répondre à des défis d'écriture sur un forum que je fréquente. Ces textes, environ 2 par mois, je les livre gratuitement sur mon blog. Certains pourraient, un jour, donner lieu à un développement et à un roman, qui sait.

Peux-tu me donner le titre de ton livre préféré ou de celui qui t’as le plus marqué?

Aurore
Question difficile, mais je relis au moins une fois par an Obscure prémonition, de Linda Howard, sans me lasser. Le plus marquant pour moi est le premier tome de la Meute de Chânais, de mon amie Ysaline Fearfaol : j'ai vu le roman naître, prendre forme, j'y ai participé. C'est un peu comme si j'étais sa marraine, et j'y suis forcément attachée. D'ailleurs, je fais même intervenir les de Chânais dans Les Kergallen!

Que lisais-tu adolescente ?

Aurore
Agatha Christie! Je les ai quasiment tous lus vers 13-14 ans, avant de plonger tête la première dans les livres pour adultes, il n'y avait pas de romans Young adult à l'époque. Je lisais les romans de la bibliothèque de mes parents, Danielle Steel, Mary Higgins Clark, Jack Higgins, Jonathan Kellerman, Virginia Andrews, Kathleen Woodiwiss... partir en vacances 15 jours relevait du défi, il fallait prévoir des livres pour tout le monde, car nous sommes de grands lecteurs.

Quelques mots pour vos lecteurs/lectrices?

Aurore
Je suis toujours surprise de l'engouement que suscitent mes romans, merci à vous pour vos retours, votre soutien, votre enthousiasme. Pour un auteur autoédité, comme moi, c'est important. Promis, je vais continuer à travailler dur pour que mes prochains romans soient à la hauteur de vos attentes. Je vous embrasse bien fort!

Interview de Mary Ves


C'est au tour de Mary Ves de répondre aux questions de Boulimique des livres.

Merci à toi Mary.

Mary Ves est l'auteur des romans Confidences et Conséquences sortis respectivement le 20 mars et le 4 mai 2015.

Résumé de confidences:

Allison a tout pour être heureuse, un petit copain parfait et la plus fidèle des meilleures amies. Mais voilà, parfois la vie n’est pas toujours aussi facile que l’on pense.

Matthew, terriblement séduisant, est connu pour être un grand dragueur. Andie, son meilleur ami, le qualifie même de Don Juan. Depuis la perte de son frère, il ne souhaite pas s’investir avec les filles, mais uniquement profiter du moment présent.

Lorsque Allison débarque en Angleterre avec son amie Jennifer, elles font leurs connaissances. Allison et Matthew se rapprochent et se séduisent dangereusement.

Allison est décidée à percer les secrets de sa famille. Entre sa romance avec Matthew et les confidences de sa grand-mère, elle perd pied.

Entre amours et secrets familiaux, quelles seront les conséquences pour Allison et Matthew ?...

Résumé de conséquences:

Après avoir découvert le secret bien gardé de son enfance, Allison s’empresse de retrouver ses amis à Cambridge et de s’éloigner de sa famille afin de se reconstruire. Lors de son arrivée, un nouveau drame lui tombe dessus : elle découvre que Matthew l’a déjà remplacée. Accablée par cette confrontation, Allison perd pied.

Comment va-t-elle réussir à gérer sa nouvelle vie ? Va-t-elle pouvoir pardonner à ses proches ? Pourra-t-elle oublier son amour pour Matthew ? Comment Matthew va-t-il réagir face au retour d’Allison ? Et quelle va être la conséquence de tous ces évènements entre drame familial et amour ?

À vous de le découvrir…

***

Interview par Boulimique des livres

Peux-tu te présenter pour les lecteurs/lectrices qui ne te connaissent pas ?

Mary VES
Je m’appelle Mary VES, j’ai 34 ans. Ceux qui me connaissent diront de moi que je suis plutôt rigolote et sincère. Sinon, je mène une vie très simple, mais bien remplie avec 2 enfants et un mari qui me comble.

Tes deux romans, Confidences et conséquences sont sortis cette année, peux-tu me dire comment t’es venue l’idée de commencer l’écriture ?

Mary VES
Mon premier roman « Le droit à l’amour » est sorti le 15 décembre 2014. Puis très vite, ont suivi la saga Confidences et conséquences en mars et juin 2015. J’ai l’impression d’avoir toujours eu en moi l’envie d’écrire. Petite, j’avais toujours une idée dans la tête, alors je m’isolais, prenait une feuille et écrivait ma petite histoire.

Peux-tu présenter tes héros ?

Mary VES
Allison a la vie parfaite. Un petit ami gentil, une meilleure fidèle et des parents formidables, bref le tableau idéal. Mais derrière tout cela se cache un certain mal-être. Quand elle part en vacance voir sa grand-mère, elle rencontre Matthew et tombe follement amoureuse. Mais rien n’est simple et leur histoire va vite se compliquer.

Matthew lui c’est le Bad boy parfait. Grand, brun, musclé aux yeux verts. Un vrai tombeur. Il est toujours entouré de ses amis et surtout de Andie. Il va tomber sur Allison et elle va bousculer toutes ses habitudes de Don Juan.

Tes personnages sont –ils inspirés de personnes de ton entourage ou de personnalités ?

Mary VES
Alors aucune personnalité ne m’a encore inspiré de roman, mais un jour peut être. Par contre, effectivement il y a toujours un clin d’œil pour une personne de mon entourage, par forcément le personnage principal par contre.

Quels sont tes prochains projets littéraires ?

Mary VES
Mes prochains projets sont nombreux, mais je garde une part de mystère. Par contre, au vu du succès de la saga, je vais me lancer sur un troisième tome dont les lectrices choisiront le couple. J’ai mis un questionnaire sur ma page et le couple qui aura le plus de votes sera celui sur lequel j’écrirais cet été.

Peux-tu me donner le titre de ton livre préféré ou de celui qui t’as le plus marqué ?

Mary VES
J’ai lu beaucoup de romans qui m’ont vraiment touché, ému ou fait rire. Mais pour en choisir un, je vais dire Hopeless, magnifique histoire.

Que lisais-tu adolescente ?

Mary VES
Adolescente, j’étais une grande fan des romans tirés de faits réels, du genre « jamais sans ma fille ».

Quelques mots pour vos lecteurs/lectrices?

Mary VES
Depuis le droit à l’amour, certaines de mes lectrices sont restées fidèles et m’ont suivi ardemment à chacune de mes sorties, alors je voudrais vraiment leur dire MERCI.

Pour mes futurs lecteurs qui je l’espère seront nombreux, je leur souhaite de tout cœur de passer un bon moment en leur compagnie. Qu’elles n’hésitent pas à venir me poster un message, car le meilleur moyen pour moi de m’améliorer, c’est de vous écouter vous derrière votre liseuse ou votre roman papier.

Mon avis sur Freddy Stratton de Lucille COTTIN

Titre: Freddy Stratton
Auteur: Lucille Cottin
Date de parution: 13 mai 2015
Genre: Polar
Editeur: L'Arlésienne



Merci aux éditions l'Arlésienne

Description

Un soir de juin 1931, le banquier Freddy Stratton tombe sur Audric Morbay, lord de son état et coqueluche de ces dames. Jeune, riche et beau, Morbay a tout pour réussir. Stratton, lui, en est loin. Beau, il pourrait l’être s’il ne produisait pas cette grimace affreuse lorsqu’il sourit. Jeune, il ne l’est plus guère, convaincu d’avoir déjà un pied dans la tombe. Quant à la richesse ! Celle des autres est plus amusante. On est installé de manière plus confortable pour assister à leur ruine fatidique. Freddy est une bête noire, un Edgar Poe illuminé qui a un hobby : fouiner dans la vie de ses clients.Et c’est bien ce qu’il compte faire, persuadé que l’héritage que vient de toucher Morbay soulèvera quelques jolis rats morts, ou débouchera sur une fin merveilleusement funeste.L’affaire Morbay est suivie par deux autres nouvelles : Les Picasso et Les têtes coupées.

Interview de Millie JAPPE


Mille Jappe s'est elle aussi prêtée au jeu des questions réponses.
Elle est l'auteur du roman Le ramener à moi sorti le 9 mars dernier au éditions Erato.


Résumé

Louise juriste ambitieuse décroche le job de ses rêves et un peu plus.
Tristan Ringer playboy millionnaire à la tête de la plus grosse multinationale dans le milieu de la mode et du luxe tombe sous le charme de cette jeune juriste et est prêt à transgresser toutes les règles qu’il s’est fixées pour être avec elle.
Louise et Tristan vont devoir combattre leurs vieux démons s’ils veulent vivre leur passion jusqu’au bout.

***

Interview par Boulimique des livres

Peux-tu te présenter pour les lecteurs/lectrices qui ne te connaissent pas ?

Millie Jappe
J’ai 33 ans, j’ai deux adorables enfants, un futur mari charmant et un chien grognon. Je vis dans le sud de la France depuis 8 ans, mais je suis originaire de région parisienne, j’ai la double culture ! Je suis plutôt franche ce qui ne plait pas à tout le monde, mais ce qu’apprécient mes amis (pour la plupart). Ma couleur préférée est le violet, j’aime les chevaux et l’écriture…

Ton premier roman Le ramener à moi est sorti le 9 mars dernier, peux-tu me dire comment t’es venue l’idée de commencer l’écriture ?

Millie Jappe
J’ai toujours écrit, j’ai un carton plein de nouvelles que j’écrivais quand j’étais ado. L’idée d’écrire Le ramener à moi m’est venue à la suite de ma lecture de 50 nuances de Grey que je trouvais trop sulfureux à mon goût. À la suite de cette lecture, je n’ai rien trouvé à lire et je me dis, mais pourquoi ne pas me remettre à écrire ce que j’avais abandonné pendant un moment. Je voulais une belle histoire d’amour, simple et que ma mère pourrait lire dans le train sans avoir à rougir si on lisait par-dessus son épaule.

Peux-tu présenter tes héros ?

Millie Jappe
Louise Biremen, juriste ambitieuse, elle profite de ses vacances pour passer des entretiens professionnels pour faire évoluer sa carrière. Meurtrie par son ancienne histoire, elle en garde des blessures, mais par amour pour Tristan elle est prête à se battre.

Tristan Ringer, PDG de Ringer industrie, playboy, adonis et macho, l’homme idéal quoi ! Personnalité complexe, il n’est pas forcé facile à cerner au premier abord.

Tes personnages sont–ils inspirés de personnes de ton entourage ou de personnalités ?

Millie Jappe
Les lieux sont inspirés de mon histoire personnelle et j’essaie de faire des clins d’œil à mes copines au travers de certaines remarques ou anecdotes. Mais pour l’instant aucune personnalité ne m’a inspirée, bientôt peut-être !

Quels sont tes prochains projets littéraires ?

Millie Jappe
Je suis sur le tome 2, pas vraiment un bonus pas vraiment une suite, un petit mixte des deux.

Peux-tu me donner le titre de ton livre préféré ou de celui qui t’as le plus marqué ?

Millie Jappe
Mon livre préféré est Beautiful Player de Christina Lauren, l’histoire d’amour de Will et Hanna est simple et légère, j’adore !

Que lisais-tu adolescente ?

Millie Jappe
J’ai lu tous les Mary Higgins Clark et étais une adepte de Patricia Cromwell.

Quelques mots pour tes lecteurs/lectrices ?

Millie Jappe
Je voudrais surtout les remercier qu’elles aient aimé ou pas (enfin surtout celles qui ont aimé ;)) et j’espère qu’elles me suivront dans mes futures aventures.

Interview de Stéphanie Lebaillif


Ça y est je me suis lancée dans les interview, c'est plutôt amusant d'aller interroger les auteurs après avoir découvert leurs romans.
La première à s'être prêtée au jeu des questions/réponses est Stéphanie Lebaillif.

Un grand merci à Stéphanie !!!

Son premier roman Un regard inoubliable est sorti le 13 avril dernier.

Son second roman, Ne jamais dire fontaine... est sorti aujourd'hui.


Résumé

Daphnée est une jeune femme de vingt neuf ans, menant sa vie comme elle l’entend, se moquant bien de son apparence et de l’avis d’autrui, surtout de celui des hommes.
Elle est indépendante, célibataire et fière de l’être; ne croyant pas du tout en l’amour.
Et pourtant Matthias va lui montrer qu’elle ne peut pas sans passer; jusqu’à en bouleverser sa vie. Un homme vers qui elle a fait elle-même pourtant le premier pas.

***

Interview par Boulimique des livres

Peux tu te présenter pour les lectrices/lecteurs qui ne te connaissent pas ?

Stéphanie:
Bonjour à tous!
Je ne vais pas vous redonner ma biographie entière ; elle est disponible sur différents sites (erato-editions, mon blog bien sûr, sur ma page auteur amazon... etc.).
J'ai 41 ans, maman de 3 enfants, j'ai connu mon mari à mes 16 ans ; nous nous sommes mariés 10 ans après... il n'était pas pressé ; lui lol. Je suis née au Havre, et j'y habite toujours.
J'écris depuis environ 15/16 ans, et je remercie la maison Erato de m'avoir donné ma chance d'être publiée.

Ton roman Ne jamais dire fontaine sort cette semaine, comment t'es venue l'idée de l’écrire?

Stéphanie:
“Ne jamais dire fontaine...” est le 2ème que j'ai écrit.
Dans mon premier, l'héroïne était timide et réservée, j'ai voulu donc cette fois-ci écrire une histoire où la jeune femme serait différente ; plus franche, plus rebelle.
Pendant l'écriture de mon premier, j'avais déjà des répliques, des idées mais qui ne collaient pas avec cette première histoire que j'écrivais, donc je savais qu'il fallait les mettre dans une autre.

Peux tu présenter tes héros en quelques lignes ?

Stéphanie:
Daphnée est naturelle, franche, ne sachant pas tenir sa langue. Elle veut vivre sa vie comme elle veut, et surtout sans homme.
Matthias plaît aux femmes, il le sait, mais ce qu'il aime, c'est les défis. Il adore les femmes... surtout celles qui ne sont pas faciles.

As tu pris modèle sur certaines de tes connaissances ou quelqu’un de connu pour le choix de ces héros ?

Stéphanie:
Physiquement... surtout pas de mes connaissances mdr !!! Au sujet du caractère de Matthias, oui.
Pour Daphnée, je dirais qu'elle a un tout petit peu de moi dans certains traits de son caractère (les personnes qui me connaissent bien le verront lol)... comme toutes mes héroïnes dans mes différents livres.

As tu déjà commencé à écrire un autre livre?

Stéphanie:
Je dois m'occuper de la correction de mon 3ème... et j'ai déjà des idées pour un nouveau.

Peux tu me donner le livre qui te correspond le mieux?

Stéphanie:
Si c'est entre mes 2 livres parus, je dirais pas un plus que l'autre.
Comme je vous l'ai dit, il y a un “petit peu” de moi dans chaque Héroïne... même si la timidité et la franchise peuvent paraître paradoxales.

Quelques mots pour tes lecteurs/lectrices?

Stéphanie:
Déjà merci de bien vouloir me lire, je n'espère pas spécialement que vous adoriez mes livres ; bon si cela arrive je dois avouer que j'en serai ravie mdr !!! Non, tout ce que j'espère, c'est que vous passerez un bon moment de lecture, un bon moment de détente ou d'évasion.
merci,