Menu

jeudi 27 avril 2017

Instant découverte: second chapitre de Ténégria, tome 1 - la gardienne


Chapitre 2


Vampire, vous avez dit vampire




Même s’il essayait de ne rien laisser paraître, Louis Matharel avait en horreur les réceptions mondaines. Toute cette profusion de couleurs, de parfums et de chairs dénudées mettait son contrôle à rude épreuve. Bien qu’il ait pris le soin de dîner avant de venir, la bête tapie à l’intérieur de lui luttait afin de pouvoir se délecter du nectar coulant dans les veines de toutes ces femmes se pavanant devant lui.

Son frère avait beau avoir hérité du duché, lui-même était considéré comme un excellent parti et futur gendre idéal. Résultat des courses, à peine avait-il posé un pied dans la résidence des Bradford qu’il avait été acculé par une horde de demoiselles en quête d’un mari, accompagnées de leurs ambitieuses de mères, prêtes à tout pour caser leur fille. Il lui avait fallu plus d’une heure pour arriver à s’éclipser sans risquer que ces dernières en prennent ombrage.

Dissimulé sous une alcôve non éclairée, il savourait la quiétude des lieux et tentait de réprimer sa faim attisée par la foule et les nombreux contacts forcés. D’habitude, il trouvait toujours une raison de refuser les invitations de ses pairs. Comme son frère Melchior, plus les années passaient et plus il devenait difficile de côtoyer les humains. Ces derniers étaient à la fois si fragiles et si présomptueux, inconscients des prédateurs évoluant autour d’eux.

Pour ce soir, il n’avait pas eu le choix et avait dû accepter de faire une entorse à sa routine. Une nouvelle mission venait de lui être assignée par la Ligue. Récupérer un objet qu’un contact anonyme devait lui confier. Le rendez-vous devait avoir lieu à minuit dans les jardins de la résidence des Braford.

La Ligue était une coalition rassemblant de nombreuses créatures surnaturelles, œuvrant ensemble dans un unique but, détruire l’Ordre et ramener la paix à Ténégria. Intégrer la Ligue c’était obtenir une protection contre les attaques de l’ennemi, mais c’était avant tout la possibilité de faire reculer les ténèbres.

Cependant, les contre parties se révélaient assez lourdes. Les fondateurs avaient imposé des règles très strictes dont la violation signifiait une exclusion immédiate et irréversible de l’organisation. Conserver son anonymat quoi qu’il puisse arriver, sans aucune interaction entre les membres sauf exception telles qu’une entrevue comme celle de ce soir, étaient les consignes exigées.

Il s’apprêtait à sortir de sa retraite afin de rejoindre l’extérieur, mais des bruits de pas l’obligèrent à se dissimuler de nouveau. Invisible, il vit un couple s’arrêter à quelques pas de lui. Inconscients de sa présence, les deux amants s’embrassèrent avidement avant de disparaître derrière une porte. Louis eut le temps d’identifier la jeune Lavinia Osbourne. Il n’était pas difficile de deviner ce qui se passait derrière cette porte. Dire que la demoiselle avait joué de ses charmes auprès de lui, sur la piste de danse, quelques minutes plus tôt.

Écœuré par la frivolité des humains, il faillit ne pas voir la personne qui passa rapidement devant sa cachette et manqua de peu de la percuter. Heureusement, il avait agi si vite qu’elle ne sembla pas l’avoir remarqué. Agacé par cette perte de temps et tout ce va-et-vient, il déploya ses sens afin de s’assurer que la voie soit bien libre. Un parfum mêlant la cannelle et la lavande l’atteignit déclenchant une avalanche de sensations nouvelles en lui.

La bête rugit et essaya de prendre le contrôle de son esprit pendant qu’une faim démesurée l’assaillit. Il lutta afin de ne pas se laisser dominer par le désir de pourchasser celle qui dégageait cette fragrance et ainsi être apaisé. Gardant les mâchoires serrées pour ne pas hurler, le corps parcouru de frissons, il se recroquevilla dans un coin et attendit quelques minutes que la souffrance cesse, faisant la sourde d’oreille aux gémissements plaintifs de la bête.

Une fois la crise passée, il put de nouveau se mouvoir sans risque ni douleur. Profitant de cette accalmie, il se dirigea précipitamment vers l’arrière de la maison.

L’obscurité envahissait les jardins, ce qui ne le dérangea pas le moins du monde. Nyctalope, il voyait comme en plein jour (même si, en réalité, il n’avait jamais pu apprécier la lumière du soleil).

Après avoir suivi scrupuleusement les indications fournies par son contact anonyme, il contourna une extravagante fontaine, au socle représentant des angelots à moitié nus, avant de déboucher sur un kiosque au centre d’une mini clairière. Un kiosque à musique somme toute ordinaire, accessible par un petit escalier composé d’une coupole arrondie agrémenté de décorations en fer forgé.  À première vue, l’endroit était désert, mais c’était le point de rendez-vous fixé. Louis sonda les environs et put ainsi entendre des battements de cœur. Une personne se tenait non loin de lui, dissimulée sans doute derrière des buissons.

Il fut ravi de voir qu’il avait à faire à quelqu’un de prudent.

Dans l’ombre, nous sommes nés…, commença-t-il à réciter afin de s’annoncer.

Il s’agissait de la première partie de la devise de la Ligue. Une sorte de cri de ralliement que seuls les membres étaient autorisés à connaître.

…quand la lumière viendra, nous retrouverons la paix.

Ces paroles furent prononcées par une femme qui s’avança prudemment tout en prenant soin de rester à une distance raisonnable.

Louis prit le temps de l’examiner. Bien que seule une pauvre lanterne vienne éclairer cette partie du parc, il la discernée parfaitement. C’était un petit bout de femme, une jolie brune au visage en forme de cœur, très agréable, un peu trop émacié selon ses préférences habituelles. Mais ce qui le frappa le plus, fut son regard si vert et si profond, qu’il donnait l’impression de vous plonger au cœur d’une forêt en plein été.

— Bonsoir.

— Vous êtes en retard !

Rectification, plutôt une forêt en pleine tempête.

Sidéré, Louis resta sans voix quelques instants avant de se reprendre et d’adopter une attitude condescendante.

— Je vous prierai de ne pas me parler sur ce ton, Mademoiselle. Vous devriez vous estimer heureuse que je sois venu.

— Vous ne manquez pas d’air Milord. Mais trêve de bavardage, chaque minute passée ici nous met en danger.

La jeune femme, dont il ne connaissait pas l’identité, fouilla dans l’une des poches de sa robe et en sortit un de carnet qu’elle lui tendit.

— Tenez. Il s’agit d’une sorte de journal. J’ignore ce qu’il contient, cependant il est assez important pour que Lady Bradford le conserve dans un coffre dissimulé et le mentionne pendant des réunions clandestines tardives où les participants viennent masqués. Ce n’est pas tout. Elle a aussi laissé entendre que l’Ordre s’y intéressait fortement. J’ai glissé à l’intérieur une lettre qui détaille tout.

Louis se rapprocha afin de pouvoir s’en emparer. Quand il fut près d’elle, un parfum de cannelle et de lavande vint une nouvelle fois lui chatouiller les narines.

Oh non, cela ne va pas recommencer, protesta-t-il.

Malheureusement si. Comme quelques minutes plus tôt, la réaction de la bête ne se fit pas attendre. Contrairement à tout à l'heure, il ne put se contenir. Impossible de résister à  proximité de la jeune femme. Ses canines s’allongèrent, ses yeux prirent la teinte de l’ambre et il se jeta sur sa proie.

Du moins, telles étaient ses intentions. À la place, une puissante force magique le fit décoller du sol et l’envoya atterrir plusieurs mètres plus loin. Une chute dépourvue de toute grâce vampirique.

Le temps qu’il retrouve ses esprits et se remette debout, il était seul. La jeune femme avait disparu.

À la fois frustré et irrité, il décida de couper court à cette soirée. Il n’avait plus de raison de demeurer ici d’autant plus que ces deux crises rapprochées l’avaient épuisé. Plus tard, il lui faudrait réfléchir à ce qui avait pu les engendrer, car en trente ans, c’était la première fois qu’une telle réaction lui arrivait.

Règles de bienséance obligent, il entra de nouveau dans la salle de bal. Ebloui par l’intense éclairage, il resta figé quelques secondes avant de partir à la recherche de son hôte.

Il souhaitait pouvoir le saluer discrètement et fuir cet endroit maudit avant qu’une nouvelle horde de demoiselles ne passent à l’attaque. Malheureusement, ses espoirs furent anéantis lorsqu’il croisa sur son chemin Lady Bradford. Cette dernière, dans une robe de bal rose et noire, le dévisageait tel un fauve prêt à dévorer sa proie.

Piégé !

Réprimant un frisson de dégout, il baisa la main qu’elle lui tendait prenant soin d’afficher son plus jovial sourire.

— Duchesse, vous êtes très en beauté ce soir.

— Milord, vilain flatteur. Je suis ravie que vous nous fassiez l’honneur de votre présence. Dommage que votre frère n’ait pu, lui aussi, se libérer.

— J’en suis navré tout autant que vous, malheureusement ses affairent l’accaparent beaucoup trop ces derniers temps.

— Ce n’est rien, je comprends parfaitement. Mais permettez-moi de vous présenter mon adorable fille, Audrey. Elle démarre sa première saison ce soir.

Sans se départir de son sourire, Louis prit la main de la demoiselle qu’il frôla de ses lèvres avant de la relâcher. Mal à l’aise, elle se mit aussitôt à rougir. Elle était jolie, il l’admettait volontiers, mais elle ne l’attirait nullement. En réalité il avait toujours préféré les femmes plus mûres aux vierges effarouchées. Cependant, afin de rester en bon terme avec le Duc pour la réussite de sa mission, il endossa le rôle du parfait gentleman.

— Enchanté Mademoiselle. Vous êtes ravissante, vous tenez sans conteste votre beauté de votre mère. Votre carnet de bal est certainement complet, mais puis-je tout de même espérer partager une valse avec vous ?

— Mais bien entendu, intervint Lady Bradford. Amusez-vous bien, je vais saluer Lady Miller en attendant votre retour.



En observant sa fille au bras d’un des meilleurs partis de Londres Lady Bradford jubilait. Certes, elle aurait préféré qu’Audrey épouse le Duc, mais son frère ferait très parfaitement l’affaire. Tout le monde savait qu’il était aussi riche que séduisant. Quand Audrey serait devenue Lady Matharel, sa famille serait la plus prisée de la capitale.

mercredi 26 avril 2017

Mon avis sur 2048 de Lionel Cruzille

Titre: 2048
Auteur: Lionel Cruzille
Date de parution: 22 novembre 2016
Genre: Science fiction
Editeur: Numeriklivres



Je remercie avant tout les Editions Numérik livres pour ce service presse.

Description

Dans un monde qui se relève du chaos, tous les êtres humains se sont vus implanter une puce biotechno pour survivre à une terrible pandémie. Miya, orpheline et vagabonde, évolue dans cet univers sombre avec des pouvoirs de sorciers dont elle ne connaît ni les limites ni les véritables usages mais qui ont permis sa survie. Tout bascule lorsqu’elle se fait enlever par un inconnu durant un affrontement avec les CYTOP, la cyber police, au cours duquel elle va perdre son compagnon. Elle se réveille dans un centre éloigné de toute civilisation abritant un nouveau groupuscule étrange et conduit par un certain Shifu. Miya, ne le sait pas encore, mais sa destinée est complètement liée à la survie de l’Humanité tout entière car elle seule détiendrait la clé pour faire face à l’Apocalypse que tout le monde redoute. Le compte à rebours est enclenché. Miya sera-t-elle prête à temps ? A-t-elle seulement conscience des dangers qu’elle devra affronter ? Quel prix sera-t-elle prête à payer ? Celui de sa vie ?

lundi 24 avril 2017

Mon avis sur La meute des Howling Wolves: première et deuxième partie d'Aurore Doignies

Titre: La meute des Howling Wolves : première et deuxième partie
Auteur: Aurore Doignies
Date de parution: broché 3 avril 2017 – Ebook 3 mai 2017
Genre: fantastique, M/M
Editeur: Juno Publishing





Je remercie Juno Publishing pour ce service presse

Description

Des années durant, la meute des Howling Wolves n'a cessé de bouger de ville en ville, avant de trouver enfin un endroit où elle pouvait s'établir et se fondre dans la masse des Humains. Mais la paix que connaît le clan est brutalement menacée. Un assassin de la Guilde de Chasseurs, vieille organisation ennemie vivant en marge des Humains à l'instar des Garous, les a retrouvés. Le clan n'a que deux options : fuir encore ou combattre pour protéger ses membres et son territoire. Mais l'ennemi est réputé impitoyable. . .

mercredi 19 avril 2017

Mon avis sur Prisonnière d'une cage dorée, tome 1 de Laetitia Reynders

Titre: Prisonnière d'une cage dorée, tome 1
Auteur: Laetitia Reynders
Date de parution: 21 juin 2014
Genre: Romance, drame
Editeur: Gil édition



Description

Lissa Wagner est une jeune photographe, belle et talentueuse. Elle vit à Paris en compagnie de sa meilleure amie styliste.

Un émir Qatari croise son chemin…
Elle est troublée et perd tout contrôle.

Kidnappée et mariée de force, elle essaye de survivre dans une contrée inconnue, loin de ses proches, de ses mœurs.
Maltraitée ? Non.
Soumise ? Pas vraiment
Pour l’émir, Lissa ne représente qu’un bel objet qu’il ne peut acquérir et qu’il dérobe

Prisonnière tel un oiseau en cage, elle va tout faire pour lui échapper quel qu’en soit le prix !

Mon avis sur Tiberius: Boston, Andrinople, Florence de Cyriane Delanghe

Titre: Tiberius: Boston, Andrinople, Florence
Auteur: Cyriane Delanghe
Date de parution: 8 octobre 2016
Genre: M/M, romance, fantastique
Editeur: Auto édition



Merci à l'auteur pour ce service presse

Description

Peter Denton est un jeune homme très talentueux. Il enseigne l’Histoire des Arts à Harvard. En apparence, tout lui sourit. Il vit dans un bel appartement, il conduit une belle voiture et il aime beaucoup sa maman.
Mais il mène une existence des plus solitaires, incapable de trouver l’amour parmi tous ses amants, hommes ou femmes. Admirateur de Michel-Ange et des artistes de la Renaissance italienne, il préfère dédier tout son temps libre à sa passion : la sculpture et décrète que finalement son art et son travail doivent lui suffire.
C’est compter sans ce cadeau bien particulier que ses collègues choisissent de lui offrir pour son anniversaire.

dimanche 16 avril 2017

Mon avis sur Les Kergallen, tome 4 : Sélène d'Aurore Aylin

Titre: Les Kergallen, tome 4
Auteur: Aurore Aylin
Date de parution: 28 mars 2017
Genre: Fantastique
Editeur: Auto Edition



Description

Les Kergallen... une famille où la magie se transmet de mère en fille. Sélène Kergallen est l'âme de l'Arche, le refuge qu'elle a créé. Elle a choisi de mettre son don au service des animaux qu'elle recueille et, secondée par les siens, s'épanouit dans la mission qu'elle s'est fixée. Alors qu'il fuit de mystérieux poursuivants, Korenn fait irruption à proximité de l'Arche. Obstinément, il refuse l'aide de la magicienne, persuadé qu'elle n'a qu'un seul but, comme tous les sorciers qu'il a pu rencontrer jusqu'à présent : lui arracher ses secrets. Mais lorsque le danger se rapproche, Korenn doit se résoudre à se fier à celle dont l'esprit l'apaise. Sans se douter qu'il en fait une cible pour ses ennemis...

mercredi 12 avril 2017

Mon avis sur Secret de lune d'Angélique Ferreira

Titre: Secret de lune, T1 : Croissant de lune
Auteur: Angélique Ferreira
Date de parution: 06 décembre 2013
Genre: Fantastique
Editeur: Flammèche



Merci à Angélique Ferreira pour ce service presse

Description

« J'ai pitié de vous, Nicolas. Vous n'êtes pas heureux et ça se voit comme le nez au milieu de la figure. Un père qui a honte de votre orientation et de vos choix de carrière, une soeur qui se plaît à vous faire passer pour un idiot, et personne sur qui réellement compter. » Lorsque les routes de Nicolas Valentin Pontault et d'Iris Sélène Black se croisent, ce n'est pas l'amour qui les unit. Au contraire ! Le premier n'est qu'un jeune homme ordinaire : photographe, modèle et professeur de théâtre à Lyon, son univers bascule le jour où il perd son travail. Déterminé à ne pas se laisser abattre, il décide de saisir cette occasion pour reprendre ses études. La seconde est une jeune bibliothécaire qui tente tant bien que mal d'échapper au clan de sorcières dont elle est l'une des héritières. Traitée comme une pestiférée par les siens, Iris est fermement décidée à ne pas les laisser contrôler sa vie. Malgré ces différences, lorsque Nicolas est transformé en loup, c'est auprès de la jeune femme qu'il trouve réconfort et protection. Au même moment, une étrange série de meurtres s'abat sur la ville, et tout porte à croire que l'assassin en a désormais après eux...